The Legend of Zelda: Link’s Awakenning, un remake qui en vaut la peine ?

Jouable pour la première fois au grand public en Europe, The Legend of Zelda: Link’s Awakenning pour Nintendo Switch était présent à la Japan Expo en début de mois. Premières impressions après 15 minutes de Jeu.

 

I. UN EFFET JOUET REUSSI

Dès les premières secondes, le jeu nous plonge dans son univers très fantastique. Tout à l’air minuscule, et si les environnements et objets donnent cet aspect “jouet”, c’est en partie grâce à un effet de flou autour de Link. Le jeu est donc très réussi graphiquement, avec un style tout à fait nouveau pour la licence. Ce style peu nous faire penser à Zelda: A Link Between Worlds et Zelda TriForce Heroes développé par Grezzo pour la Nintendo 3DS. En effet, je pense que ce remake était initialement prévu pour la console portable mais Nintendo, voyant les échecs commerciaux des portages comme Mario & Luigi, ou Luigi’s Mansion, a décidé de l’adapter pour Nintendo Switch. Néanmoins, ce nouveau style graphique permet de redécouvrir la licence Zelda avec un nouvel angle, avec des ambiances plus renforcées que jamais par cette impression de “jouet”.

Niveau performances, le jeu est en 1080p sur écran TV (720p en portable) mais ne tourne pas constamment à 60 fps. On peut constater des chutes de FPS en coupant des herbes, notamment.

II. UN GAMEPLAY ERGONOMIQUE

Les plus anciens se rappelleront de l’enfer de la gestion de l’inventaire, avec  les 2 boutons de la Gameboy. Progrès technique oblige, la gestion de l’inventaire est désormais optimisé pour la Nintendo Switch. Désormais, l’épée et le bouclier ne sont pas des objets à part entière qui prennent de la place dans l’inventaire, ils sont désormais toujours équipés, comme dans tous les Zelda moderne, ce qui offre un gain de temps non négligeable. En revanche, le joueur ne peut porter que 2 objets en même temps, et non 3 comme dans Twilight Princess HD ou Wind Waker HD.

De plus, Link est désormais totalement libre de ses mouvements, pouvant aller dans n’importe quelle direction, alors que l’on se déplaçait de cases en cases dans la version originale.

III. UN ZELDA CASUALISÉ ?

Alors qu’aujourd’hui, Nintendo vise le plus grand public possible en faisant des jeux simples comme Pokémon: Let’s Go Evoli ou Pokémon: Let’s Go Pikatchu, ce n’a pas toujours été le cas. Ainsi, Link’s Awakenning sur Gameboy sorti en 1993 peut paraître bien plus difficile que des jeux actuels. Ce remake a t-il été rendu beaucoup plus facile pour répondre aux besoins actuels ? La réponse est non. La difficulté a été conservée, la seule chose qui peut rendre le jeu plus facile est la plus grande liberté de mouvements de Link et l’amélioration visuelle, permettant de mieux distinguer la distance des ennemis volants. Je n’ai pas pu vraiment expérimenter en 15 minutes de jeu, mais les quêtes sont sûrement mieux guidées qu’à l’époque.

Et vous, allez vous prendre ce remake à sa sortie, le 20 Septembre ?

 

A propos Flinkyo 31 Articles
Depuis toujours passionné par l'écriture et les jeux vidéo, aujourd'hui Nintend'Oz me permet d'allier 2 grandes passions. Vidéaste depuis 2016, je cherche toujours à en apprendre et à m'exprimer sur l'actualité